10 Conseils pour une alimentation saine et une meilleure santé

Etes-vous sûr de savoir bien manger ?

Conférence animée par Emmanuelle Lerbret, naturopathe.

Dans mes multiples  ballades, vers « NOTRE VÉRITÉ CULINAIRE», je me suis rendue à une conférence sur l’alimentation.

Cette rencontre initiée par le Lions Club de Courbevoie était animée par la naturopathe Emmanuelle Lerbret. Cette femme au parcours surprenant  a opéré un changement radical dans sa vie professionnelle. Après plusieurs années, en entreprise,   dans le domaine de la communication et des médias, elle se réoriente, reprend des études et devient naturopathe.

Pour concrétiser ce nouveau choix de vie, elle crée  «l’Atelier Naturo». Ce lieu convivial et chaleureux offre plusieurs espaces où se mêlent ateliers de cuisine, exercices physiques, conférences,  formations et consultations en naturopathie. Comme vous le devinez sûrement, elle rappelle qu’une bonne santé ne peut perdurer sans une alimentation saine.

Si comme moi, vous vous demandez « Quelle est la meilleure façon de manger ? », alors le résumé qui suit devrait vous intéresser. Afin de partager avec vous tout ce que j’ai appris ce soir, je n’ai perdu aucune miette du discours d’Emmanuelle Lerbret.

Pour participer à la lutte contre les maux de notre société (surpoids, obésité, diabète et cancers), je vous livre ici les 10 conseils prônés par Mme Lerbret pour acquérir de bonnes habitudes alimentaires :

  1. Limiter au maximum les aliments industriels

Ceux-ci sont trop riches en sucres, graisses, additifs, conservateurs et colorants. A contrario, ils sont pauvres en vitamines, minéraux et phytonutriments (antioxydants que l’on retrouve dans les végétaux). Préférer les  produits bruts à cuisiner !

  1. Faire la part belle au végétal

Consommer un maximum de végétaux. Les légumes sont pauvres en calories et riches en fibres, vitamines, minéraux et antioxydants. En plus  d’être bons pour le transit intestinal, les fibres permettent d’atteindre un bon niveau de satiété assez rapidement, luttant ainsi contre l’obésité.

  1. Consommer non raffiné

Les pâtes, pain, riz, sel et sucre sont meilleurs si consommés complets. Non raffinés. Le raffinage augmente les Indices glycémiques.  A ce sujet,  les huiles sont également mentionnées car elles sont pour la plupart, encore raffinées. Leur passage à des températures élevées pendant l’étape d’extraction modifie la nature de leurs acides gras (gras hydrogénés) et détruit leurs précieuses molécules. Pour cela, il faut opter pour les huiles vierges de première pression à froid.

  1. Consommer des graisses mais pas n’importe lesquelles

Limiter charcuteries, viandes rouges et grasses, produits laitiers, graisses industrielles, les huiles de tournesol, de pépin, de raisin et de maïs qui contiennent des gras saturés et des omégas 6 en excès. Les graisses trans sont à éviter car absolument nocives. Elles sont d’ailleurs interdites dans certains pays comme l’Australie ou dans quelques états aux  USA.

Par contre, il faut privilégier les omégas 9 et 3. Huiles d’olive, de colza, sardines, hareng, et oléagineux (amandes, noix, noisettes), avocat, volailles (canard et oies) en contiennent.

  1. Sortir de la viande, diversifier les protéines

Baisser la consommation de viande serait bénéfique pour notre santé car la qualité des chairs animales est aujourd’hui remise en cause par l’élevage massif. Prévoir 2 ou 3 repas végétariens par semaine. Pour les végétaliens, il faudra absolument associer céréales et légumineuses pour un apport optimal.

  1. Eviter les sucres rapides

Ils  favorisent la prise de poids et l’alternance hyper/ hypoglycémies. Par ailleurs, ils déséquilibrent la flore intestinale et génèrent des addictions. Les sucres rapides consommés en dehors des repas sont particulièrement mauvais pour notre glycémie ( car ils ont des index glycémique élevés).

  1. Préserver les nutriments des aliments

Bien choisir ses méthodes de cuisson car les vitamines sont détruites à haute température, les minéraux filent dans l’eau, les omégas 3 mutent à la chaleur et le brûlé est toxique. Les cuissons à la vapeur douce, à l’étouffée et au  wok sont recommandées. Le « cuit-vapeur » semble être un bon investissement  pour une cuisine rapide, saine et savoureuse.

  1. Choisir la qualité et la proximité

Consommer les fruits et légumes de saison et les produits provenant des exploitations de petits producteurs. L’élevage en bataille produit des viandes de mauvaise qualité. Il faut donc se tourner vers les appellations d’origine contrôlée,  l’éthique et le responsable.

  1. Manger vrai

Les substituts sont à bannir. Edulcorants, produits allégés et autres sont à l’origine de nombreux dysfonctionnements chez l’homme. Les édulcorants  provoquent des dérèglements du mécanisme « «sucre / insuline » et les produits allégés quant à eux contiennent beaucoup de sucre et d’amidon.

  1. Manger bien:

Préparer de belles assiettes, savoureuses et colorées. Manger, c’est  éveiller tous ses sens alors il est fortement recommandé de prendre son temps. Il faut réapprendre à bien mâcher et à se poser le temps des repas pour éviter des ballonnements et des lourdeurs. Le but est de donner l’occasion à notre cerveau et notre corps de prendre conscience de ce que l’on mange. Cette attitude permet de diminuer les risques de troubles alimentaires.

Pour finir, Emmanuelle Lerbret nous a encouragés à allier Plaisir et Modération.

Manger, c’est aussi se retrouver entre amis ou avec de la famille pour passer de merveilleux moments.

Dans le même ordre d’idées, manger sain, ce n’est pas manger triste. Au contraire ! Il faut penser à customiser sa cuisine et s’ouvrir à de nouvelles saveurs. Pour elle, il faut s’accorder des écarts tant que ceux-ci restent des écarts.

Pour tout vous dire, j’ai adoré cette rencontre. Elle m’a permis de remettre en perspective mes pratiques culinaires. Je parle volontairement de pratiques culinaires et non alimentaires car je pense ici aux méthodes de cuisson. En effet, je ne suis pas encore arrivée à la cuisson à la vapeur ou au wok (en tous cas très rarement). Eh oui, comme je vous le disais dans un de mes articles précédents,  je n’ai aucune prétention. Je ne suis pas une spécialiste. Je suis juste une maman qui essaie de bien faire. Je fournis des efforts considérables qui portent plus ou moins leurs fruits ; mon but est de les partager avec vous. J’en apprends tous les jours et c’est fabuleux.

Pour ceux qui souhaitent aller plus loin dans cette réflexion, je vous invite à prendre contact avec Emmanuelle Lerbret :

Hyppocrate considéré comme le père de la médecine, disait : « Nous sommes ce que nous mangeons ».

Emmanuelle Lerbret, elle, pousse à l’action et parle de « Reprendre le contrôle de nos assiettes ».

Bien à vous !

Leave a Reply

Si cet article vous a plu, merci de me laisser un message.

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*